François Hollande va inaugurer le mémorial de Provence à Toulon

Le musée du débarquement de Provence fraîchement rénové accueillera jeudi 16 mars le chef de l’État. Un lieu chargé d’histoire et désormais, de technologie

 

Le président l’avait promis, c’est aujourd’hui chose faite. François Hollande viendra inaugurer le jeudi 16 mars la rénovation du mémorial du débarquement et de la libération de Provence sur les hauteurs de Toulon à la tour Beaumont. Une volonté politique de rendre hommage, par sa visite comme par le lieu, aux anciens combattants venus libérer la France lors de la Seconde Guerre mondiale.

« Redynamiser l’histoire, c’est aussi être acteur de notre siècle » s’enthousiasme Geneviève Noirot, l’architecte et scénographe du lieu. La tour Beaumont héberge en effet un musée désormais à la pointe de la technologie. De la « douche sonore » qui vient accueillir le visiteur sous les discours de De Gaulle et de François Hollande qui ont raisonnés en ces lieux, jusqu’à la « salle multi-projection » qui retrace de manière immersive le débarquement provençal, tout est fait pour intéresser le public.

Sans titre.png
La salle de projection du mémorial – Simon Wohlfahrt 13/03/17

Rendre ludique l’histoire, pour intéresser tous les âges. Si par le passé le musée accueillait principalement des anciens combattants, l’idée est aujourd’hui de « ratisser large ». Les familles, touristes et scolaires sont les cibles premières de l’exposition. Pour le directeur du mémorial, Florimond Calendini, il est difficile de prévoir dans quelle mesure le site sera fréquenté. Il reste cependant confiant aux vues des efforts qui ont été investis dans l’exposition. Près de 3 millions 800 mille euros du ministère de la Défense et de l’Office national des anciens combattants ont été nécessaires à sa restructuration.

Ce musée 2.0 regorge d’éléments interactifs et attractifs pour le visiteur. Partout, des tiroirs, des ouvertures, des rouleaux, viennent livrer des objets insolites de la guerre. « On a cherché à attirer l’œil des plus jeunes et des moins jeunes, sur des détails qui parlent à chacun » explique Muriel Gillot, la directrice d’exposition du site. Un décompte des jours avant le débarquement ponctue d’un néon rouge la visite du lieu qui rappelle, à dessein, l’intérieur d’un avion militaire. La collection n’a cependant pas toujours été aussi bien mise en valeur.

Sans titre.png   L’historien Jean-Marie Guillon dans la salle d’état major du mémorial – Simon Wohlfahrt 13/03/17

« L’ancien musée était indigne de ceux qui ont contribué au débarquement », confie Jean-Marie Guillon, directeur du comité scientifique.  Également historien, il a joué un rôle prépondérant dans la revalorisation des biens du musée, créé à l’origine en 1963. C’est lui qui a, en mai 2014 alerté le ministère de la Défense de la dégradation du site. François Hollande s’est ainsi rendu sur place. Dix-huit mois plus tard, le bâtiment est entièrement reconstruit.

« C’est ici que tout a changé, disait François Hollande lors de son discours en 2014. Il y a 70 ans au mont Faron, la France s’est libérée elle-même. » Le débarquement provençal a joué un rôle clef dans la reconquête de la France face à l’Allemagne d’Adolf Hitler. « Il reste pourtant bien méconnu du public. » souligne le directeur du comité scientifique.

En 1944, l’arrivée de 85 000 combattants américains avait en effet permis la libération de Toulon, de Marseille, et de leurs ports. Des éléments incontournables dans la stratégie de reconquête de la France. Ce débarquement a été peu documenté, ce qui a compliqué la tâche des historiens et scénographes : « Pour reconstituer ce musée, nous avons travaillé avec des musées et des archives de toute la région ».

Le travail de recherche et de mise en valeur a été certes important, mais il n’en est pas moins indispensable. Le devoir de mémoire semble en effet, encore aujourd’hui garder un rôle primordial : « Sensibiliser les jeunes générations à l’histoire de la guerre est essentiel, pour éviter que celle-ci vienne à se répéter » confie Jean-Marie Guilloni.

Simon Wohlfahrt.

 

Le musée ouvre au public le 3 avril après dix-neuf mois de fermeture. L’entrée du mémorial est au prix de 5 euros pour les plus de 25 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s