Second tour des primaires : des électeurs toujours plus stratèges

Urne du bureau de vote – Aix-en-Provence – Simon Wohlfahrt 27/10/16

Les témoignages des Aixois recueillis à l’occasion du scrutin remporté par Francois Fillon balayent les clivages.

 

« Ce sont des parjures ». La maire d’Aix Maryse Joissains-Masini, du parti Les Républicains, ne mâche pas ses mots sur les électeurs de gauche venus voter dimanche à la primaire de la droite et du centre.
« Ils font preuve d’une idéologie primate. A droite, on a le respect des institutions. »

La participation des électeurs de gauche n’aura cependant pas bouleversé l’issu du scrutin. Le plus à droite des deux candidats, François Fillon, écrase son adversaire Alain Juppé avec un score de 66,9% au niveau national, et de 64% à la mairie d’Aix-en-Provence.

La maire soulignait hier la représentativité de ce bureau de vote « suivant la tendance nationale au premier tour, François Fillon était en tête devant Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ». Cette représentativité s’est ainsi confirmé au second tour, avec un résultat très proche du score national.

Maryse Joissains-Masini faisait pourtant part de ses doutes : « La véritable crainte c’était que les sarkozystes ne se déplacent pas, au final, ils sont là », et ajoutant : « Ce bureau est cependant traditionnellement de gauche, je n’y est jamais été en tête aux élections municipales. »

Et en effet, les témoignages d’électeurs de gauche venus voter affluent. « On est des parjures, et on le revendique. Mais c’est la démocratie qui parle, si la primaire est ouverte ce n’est pas pour rien ».

Même les électeurs de droite semblent ne pas être en accord avec les propos de la maire d’Aix.
André, membre du parti LR ira sans doute voter aux primaires socialistes en janvier « je crois que les anciens clivages politiques n’ont plus lieu d’être ».

Un autre sympathisant confie « Les clivages doivent tomber, la France doit avancer » et ajoute « J’irai voter à la primaire de gauche selon les candidats qui y émergent, je suis pourtant de droite, j’ai signé la charte »
dsc01181Un électeur émargeant sur les listes – Simon Wohlfahrt 27/10/16

Pour Amandine, l’enjeu du scrutin dépasse les sensibilités « On me demande mon avis en tant que française et en tant que citoyenne, je ne suis pas de droite mais c’est mon droit de choisir qui sera mon président ».

Pour de nombreux votants, l’enjeu de ce second tour des primaires est un véritable enjeu de second tour des présidentielles. Et c’est ce qui explique cette « parjure » des électeurs de gauche dans un acte purement pragmatique, à travers le vote « du moins pire ».
Loin d’un vote d’adhésion, ce bouleversement des clivages est en réalité un phénomène politique émergeant allant de pair avec l’usage tout aussi nouveau des primaires ouvertes.

On connaissait cette stratégie du vote pour le « moins pire » sous la forme du « vote utile », où les électeurs choisissent le candidat qui a le plus de chance de l’emporter, même si celui-ci n’est pas le plus proche de leurs convictions. A l’image d’un premier tour des présidentielles.

Ce pragmatisme naît en réalité d’une crainte, celle de la menace que présente un candidat s’il est élu. Ce vote par élimination s’était illustré tout particulièrement lors du second tour des présidentielles de 2002, où les français s’étaient massivement opposés à Jean-Marie Le Pen (FN) en votant Jacques Chirac (RPR).

Pour Irwin, étudiant en droit public, la victoire de Fillon serait une catastrophe « son projet de réduire le nombre de fonctionnaires de 500 000, ça représente 5 ans sans embauche dans la fonction publique, pour moi qui espère travailler dans une collectivité, c’est impensable »

Ce développement d’une stratégie du vote, tantôt « utile » tantôt « pragmatique », nous questionne sur une chose : quand les français voteront-ils pour leurs véritables convictions ?

Simon Wohlfahrt

 


On dénombrait 10228 bureaux de vote au niveau national pour cette primaire de la droite et du centre. A la mi-journée, le bureau de vote de la mairie d’Aix-en-Provence affichait une participation en légère hausse avec +0,3% par rapport au premier tour de cette primaire. Lors de la clôture à 19h, la participation s’élevait à 473 votants contre 457 au premier tour. Cette augmentation de 4,1% fait écho aux 4,5% à l’échelle nationale, et confirme la représentativité du bureau Aixois avec la tendance nationale. SW.


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s